꧁La Sorcière de Portobello꧂

Une pépite qui dévoile l'essence de la Sorcière. Une vraie révélation !


Pour recontextualiser les choses, la Sorcière Moderne n’était pas encore née, ni même encore à l’état d’ébauche.

Et comme à chaque départ en vacances, j'embarquais quelques bouquins, tiquant sur celui-ci en particulier.

À vrai dire, il ne m'attirait pas des masses mais quelque chose m'incitait à le lire. Dans ces cas-là, je ne discute pas et laisse venir car il y a toujours un message !


À cette époque, j'avais encore du mal à situer ma propre définition de la Sorcière, à me défaire de son folklore. Cette lecture a su me réconcilier avec cet archétype qui me suit depuis l'enfance.

Un portrait réaliste


Fidèle à sa thématique de quête de légende personnelle, et à mon grand soulagement, Paulo Coelho ne verse pas dans les clichés ! Point de potions et de sortilèges, l’histoire dresse le portrait d'Athéna, une sorcière "réelle", tissé par les différents témoignages de ses contemporains.

Au fur et à mesure des confessions, le portrait de la jeune femme se dévoile à travers différents prismes et points de vue.

On découvre alors le parcours d’une femme qui, une fois devenue mère, est animée par un fort désir de se relier à ses racines.


Au delà d'un retour aux sources, on assiste à un parcours d'éveil spirituel au cours duquel, chaque rencontre mène Athéna à reconstituer son puzzle intérieur.



Déshabiller la Sorcière de son folklore


L'auteur a su décrasser les stéréotypes et aborder la Sorcière comme une approche spirituelle différente, qui se vit et se dévoile au gré de l’expérience.

Comme une spiritualité de l’intérieur, loin de toutes les images folkloriques que l’on trouve en littérature, s'inscrivant dans le cours d’une vie où tout, finalement, tient un sens précis.


Athéna, dans son cheminement, va découvrir comment s’aligner à son essence, à son âme et trouver sa mission de vie qu’elle va mettre en pratique jusqu’au péril de la sienne (de vie).


L’histoire met en lumière le fait de se dévoiler et d’apporter ses couleurs à ce Monde quelque peu terni par des codes de plus en plus éloignés de ce qu’ils ont pu être à l’origine.

"N'aie pas peur des choses que tu vois, mon enfant. N'essaie pas de les repousser, elles finiront par s'en aller d'une façon ou d'une autre ; profite de la compagnie des anges tant que tu le pourras. En ce moment tu as peur, mais pas tant que cela, parce que tu sais que nous sommes nombreux dans ce salon. Tu as cessé de rire et de danser quand tu as vu que j'étreignais ta mère, et lui demandais de parler par sa bouche. Sache qu'elle m'a donné la permission, sinon je ne l'aurais pas fait. Je suis toujours apparue sous forme de lumière, et suis toujours cette lumière, mais aujourd'hui j'ai décidé de parler." — La Sorcière de Portobello, Paulo Coelho

L'essence de la Sorcière ou l'éveil à la spiritualité


Ce qui m’a profondément touchée et pour ainsi dire bouleversée, c’est la façon dont Athéna se connecte à elle, en s’ouvrant à quelque chose de beaucoup plus grand.

Ce passage m’a tiré les larmes parce que c’est la première fois que je me suis vue au travers d’un miroir. Auparavant, je n'ai jamais lu, vu, entendu, parler du phénomène que je vis, à savoir entrer en état de conscience modifiée instantanément (cf. Les connexions mystiques). Pour la première fois, je trouvais ENFIN un écho à ma propre expérience.


Et c’est là qu’une partie de mon puzzle personnel s’est reconstitué et a amorcé le début de la suite.


Une prise de conscience : ce que je vis, d’autres le vivent, sauf que (peu ou) personne n’en parle. On entend « je suis médium clairvoyant-ci ou clairaudient-ça » mais personne ne raconte concrètement COMMENT ça se passe en réalité.


On nous raconte les aboutissants, sans faire part des tenants. Et à mes yeux, le chemin est le témoignage du potentiel extraordinaire de l'être humain : celui de transcender son existence.


Quand on vit ce genre de phénomène, très honnêtement, on s'interroge sérieusement sur sa santé mentale. Et ce, même si cela résonne très concrètement dans le réel et répond à une certaine logique.


Sauf que l’on est complètement abruti par le cadre imposé par la société, la raison pure, le bien-penser commun, etc.

Ainsi, on a tendance à étouffer le discours qui sort de l’intérieur de Soi et qui murmure tout autre chose.


Alors que c’est tout à fait l’inverse qui devrait être,  non ?

 

Nous sommes des êtres sensibles éduqués à étouffer nos ressentis naturels pour faire de nous de jolis petits pions corvéables sur l’échiquier du Capitalisme.


Et La Sorcière de Portobello nous raconte ô combien il est compliqué d’être sensible et de vivre cette sensibilité dans la jungle urbaine.


Voilà, si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous inviter à vous plonger dans cet univers qui dépoussière les clichés et incite à réfléchir sur l’essence propre de l’être humain.




Références :

La Sorcière de Portobello, de Paulo Coelho



logo.png