꧁ Passerelle vers l'harmonie ꧂


Avez-vous déjà ressenti le bruit du vide en votre for intérieur ? Cette sensation que rien ne vous appartient et que rien ne vous fera sentir plein ?


Que vous avez beau combler, combler, combler et malgré votre acharnement, il vous joue encore sa mélodie qui vous fait grincer des dents.


On croit que le vide est un ennemi à combattre. C’est là qu’est l’erreur.


Car toute la nourriture qu’on lui apportera sera par défaut l’expression de la peur qu’il suscite : la peur d’être seul, la peur de l’inconnu, la peur d’être soi, la peur de la peur.



"The only thing we have to fear, is fear itself" — Franklin D. Roosevelt

Et tant que vous compenserez, le vide continuera de vous appeler.

Si vous ne vous posez pas pour l’écouter, ce sera sans fin.


Le vide est là pour vous dire quelque chose que vous avez oublié.


Que votre défaut - et celui de toute l’humanité - est de penser que tout ce que vous voyez est vrai et à l’inverse, que tout ce qui vous échappe, n’existe pas.

Le vide ne se voit pas et pourtant vous le ressentez parce qu’il est réel.

Le vide ne se comble pas, il s’écoute.


Le mien m’a appris que la liberté et la paix naissent du choix. Celui fait avec le coeur.

Il m’a appris que la peur est un message et qu’elle peut se dépasser.


Il m’a appris que c’est en m’aimant que je pourrai aimer.


Vous voyez, le vide n’est pas un ennemi.


N’écoutez pas les sirènes qui incitent à consommer pour compenser.

Ne compensez plus, écoutez : qu’entendez-vous ?

logo.png