꧁ Les supports ésotériques ꧂


Lorsqu'on évoque la spiritualité, il n’est pas rare de faire l’amalgame avec les sciences occultes en général. Ce qui n’est pas totalement idiot en soi. En effet, si la spiritualité englobe la connaissance de soi et le développement personnel, alors les différents supports ésotériques peuvent tenir une place à part entière dans ce processus et je vais vous expliquer pourquoi.


Au cours de mon cheminement, j’ai été assez tôt attirée par l’ésotérisme et ai commencé à pratiquer les tarots dès le collège/lycée.


À l’époque, c’était plutôt un jeu entre copines, démêler des situations avec des tirages en croix, tenter de lire l’avenir dans les arcanes majeurs du Tarot de Marseille.


Ce dernier m’a toujours impressionnée — je sais pas — je trouve qu’il revêt à lui seul toute une histoire de traditions occultes fascinantes. Et c’est aussi ce qui, m’a tenue quelque peu à distance pendant bon nombre d’années : il me faisait peur.


Compliqué à déchiffrer, je compulsais le petit livret afin de noter les interprétations sur un bout de papier pour vérifier si, quelques temps plus tard, les prédictions s’avéraient justes.

Je dois encore avoir quelques feuilles volantes de part et d’autres parce qu’effectivement, certaines analyses ont pris sens beaucoup plus tard qu’escompté.


Et puis, comme je l’ai déjà évoqué par ailleurs, la vie m’a fait prendre un chemin plus conventionnel, à des lieues de tout ça, pour rentrer dans un moule inapproprié et inconfortable.


J’ai même fini par jeter à la poubelle tous mes tarots, convaincue que c’étaient des « conneries » pour les éloigner symboliquement de cette personne que je m’efforçais de paraître à tout prix.


Un jour plus lointain — disons une bonne dizaine d’années plus tard — j’ai ressenti un élan, un appel, et, sans réfléchir, j’ai commandé un nouveau Tarot de Marseille. Il est arrivé à point nommé dans ma vie, même si je l’ignorais encore à ce moment-là. Il est arrivé aux prémices d’un bouleversement cataclysmique. Et d’ailleurs, il l’avait annoncé. Sur le moment, j’en riais, n'y croyant pas vraiment, et me demandant bien pourquoi je m'étais laissée retomber "là-dedans".


Pourquoi donc.


Un peu plus tard, juste après l’effondrement du décor en papier mâché que j’avais érigé avec tant de soin pendant des années, la cendre sous les pieds, un nouvel appel se fait entendre. Une nouvelle porte s’ouvre et introduit un objet particulièrement captivant : le pendule.


Pourquoi donc.


Le pendule s’apparente à de la radiesthésie, il réagit aux énergies. On instaure une convention (oui/non/neutre) et on trouve ça super magique qu’il s’agite et réponde à toutes nos questions fondamentales. Autant vous dire que je me suis prise pour Madame Soleil 😂


Ensuite, c’est parti en de gros délires cosmiques et avec le recul, j'ai pris conscience qu'il est nécessaire d'expérimenter ces phases extrémistes pour finalement arriver à trouver son juste équilibre. Les extrêmes questionnent toujours notre discernement.


Bref, tout ça pour dire qu’on peut prendre ces supports pour des jeux divinatoires ou au contraire les aborder de façon presque sacrée mais qu’en est-il réellement ?


Au départ, je considérais ces supports comme des objets magiques : les cartes qui révèlent l’avenir, le pendule qui réagit à des forces extérieures.


Et puis, petit à petit, je ne sais pas bien d’où c’est venu, sans doute d'une prise de confiance en mes ressentis propres, mais la donne a changé.


Il me semble qu’à partir du moment où j’ai laissé les connexions mystiques entrer dans ma vie, la pratique avec supports a largement diminuée.


En fait, lorsque j’ai compris que, dans ma vie perso, tout était devenu beaucoup plus fluide et plus aligné parce que j’avais réglé certains blocages et envisagé une nouvelle façon d’aborder les choses (regarder en soi), l’usage de tout ça n’était plus franchement nécessaire.


Aussi, parce que connaître l’avenir ne m’intéressait plus dans la mesure où j’ai endossé ma responsabilité dans le flux de mes énergies ainsi que dans mes choix de vie.


Quant au pendule, je l’ai laissé complètement de côté lorsque j’ai compris qu’il réagissait aux mouvements subtils de mon corps et qu’il faisait surgir les réponses qui étaient déjà en moi.

C’est un outil formidable, au même titre que la kinésio, pour simplement faire émerger ces réponses qui ont du mal à atteindre notre conscience.


En somme, il n’y a rien de magique là-dedans et on peut tout à fait s’en passer une fois que l’on a ouvert cet espace de communication avec son soi intérieur/âme.


Pour les cartes, c’est un petit peu plus différent, mais grosso modo l’idée est la même.


Mon approche des tarots ou des oracles a juste changé sa portée.


Au fur et à mesure, je me suis détachée des prédictions car je me suis rendue compte qu’en règle générale, cela nous met dans une posture attentiste, fataliste, et l’idée de remettre son destin dans les mains d’autre chose me gêne un peu.


Je crois au libre-arbitre et au fait que chacun puisse sortir de ses cycles répétitifs en prenant conscience de sa responsabilité et de son pouvoir créateur (abordé ici).


Le lien s’est fait naturellement, toujours en écho avec les différentes leçons tirées de mes propres expériences.


Par ailleurs, j’ai aussi laissé tombé les livrets explicatifs et ça s’est fait tout aussi naturellement. Je ne suis plus les protocoles pré-construits, je créé mes propres tirages et me fie à mes ressentis pour interpréter une carte. En effet, selon la personne, la situation, elle ne livrera pas le même message.


La lecture devient plus intuitive et surtout plus juste. C’est une question d’entraînement !


Aujourd’hui, les tarots et oracles font partie intégrante de ma pratique, je m’en sers lors des lectures d'âme afin d'approfondir les ressentis que je peux avoir.


En effet, si ces supports m’ont apporté une certaine confiance, apprendre à s’écouter et à se détacher petit à petit de leur formule conventionnelle a laissé la place à des ressentis répondant à une dimension plus large : j’ai intégré ma part de clair-ressenti (qui a toujours été là mais c’était le bordello) et de clair-audience.


Ce que j’insinue, c’est que les tarots, oracles, pendules et compagnie (il en existe d’autres que je n’ai pas expérimenté mais j’imagine bien que leur rôle est similaire, c’est juste que l’offre s’étend à toutes les sensibilités) ne sont rien d’autres que des supports.


Ce ne sont pas eux qui font le job, ils ne sont pas magiques ! Le job, c’est vous qui le faites !


Ils ouvrent la voie de l’apprentissage et de l’écoute de soi.


Ainsi, si on sait en tirer partie à bon escient, les supports sont un excellent moyen de développer son intuition et d’ouvrir son canal ! Outils naturels très efficaces lorsque l’on s’engage dans la voie du développement personnel.


Il existe un tas de façon de travailler sur soi et celle-ci en est une. Il suffit simplement de s’approprier celle qui répond le plus à ce que l’on est.


À ce titre, j'ouvre une petite parenthèse sur le choix de support : il est essentiel de se laisser porter vers celui qui nous attire et pas forcément celui qui nous plait : saisissez-vous la nuance ? 😉


Par ailleurs, je ne sais pas si tout le monde est un médium qui s’ignore, en revanche, je crois que nous sommes tous capables de nous connecter à ce que j’appelle l’Univers (mais que vous pouvez appeler comme bon vous semble) !


J’y reviendrai d’ailleurs prochainement dans un article où j’aborderai la Lecture d'Âme.


Sur ce, bonne pratique 😄



(Source illustrations : Pinterest)


logo.png