LES CONNEXIONS MYSTIQUES

Voici un terme bricolé pour introduire une expérience un peu particulière.


flammes jumelles

J’ai déjà quelque peu évoqué mon parcours au gré des articles : des ressentis depuis l’enfance et de la peur qu’ils ont engrangé, jusqu’à la méditation qui a ouvert une porte vers l’inconnu.


Et je vais donc reprendre le cours de l’histoire à partir de là, avant d’en venir au fait car il me semble que la chronologie a son importance.


Rien n'arrive par hasard


En effet, tout n’arrive pas en tombant du ciel d’un jour à l’autre : un tas d’éléments s’imbriquent les uns dans les autres avant qu’advienne le déploiement au moment propice.


Chaque chose arrive à point nommé, même si souvent les apparences évoquent le contraire. Ce moment où on est prêt, peut-être même sans le savoir consciemment. Ceci dit, notre âme sait.


Ainsi et pour récapituler brièvement, cette histoire de méditation me hérissait un peu le poil (j’en parle ici), mais je tentais quand même le coup, histoire de voir.


En fait, avec le recul, il y avait cet appel que j’avais du mal à saisir, et quelque chose me réfrénait…

Plus j’avance sur mon chemin et plus je me rends compte à quel point les pas en arrière réticents indiquent presque systématiquement une alerte face à une frontière : celle du confort !


Et de fait, c’est donc exactement ce vers quoi nous sommes censés aller pour repousser nos limites. Ceci dit, le reconnaître est une chose, l’appliquer en vrai, en est une autre !


Ainsi, question connexion à l’Univers, je n’étais pas encore franchement dedans. Enfin si, mais pas de façon tout à fait consciente, ni pratiquante, disons.


J’étais à l’orée d’une transformation personnelle, « le phoenix sur son tas de cendres » comme l’avait formidablement imagé l’un des « phares » rencontré au cours de ce voyage.

La prise de conscience ouvre une porte


Et puis, il y a eu ce moment de prise de conscience qui a tout changé (endosser sa responsabilité dans une souffrance et choisir de ne plus se l’infliger).


Suite à quoi, quand on sort enfin d’un tourbillon, les belles choses arrivent, et d’ailleurs, ne peuvent arriver qu’une fois les remises en questions intégrées !


Je l’ai déjà quelque peu évoqué, mais la rencontre avec la personne qui partage aujourd'hui ma vie, a remis les pendules à l’heure.


Tout s’est imbriqué, c’est assez difficile à expliquer comment, c’est un sentiment de profonde justesse, d’évidence. Le bon endroit, le bon moment, la bonne personne, le bon chemin.


Comme s’il y avait eu un plan prévu mais qu’avant qu’il ne se mette en place, il fallait ré-accorder certains paramètres.


Et le plus dingue, c’est qu’on ressentait tous les deux l’avènement de ce « plan » (j’y reviendrai ultérieurement plus spécifiquement).


Après cette longue introduction, nous arrivons donc au coeur du sujet qui nous intéresse aujourd’hui.


Quand l'émetteur révèle le récepteur