Rechercher

Le bon dos de la bienveillance


La bienveillance a le vent en poupe : servie à toutes les sauces et allègrement saupoudrée de politiquement correct, elle est devenue un slogan scandé à qui mieux-mieux. On se veut bienveillant et on se doit de le montrer. C'est la société qui le dit (sans montrer l'exemple pour autant).

Ainsi, le feu des projecteurs n'a-t-il pas dénaturé sa lumière et sa saveur initiales ?


Pour introduire et illustrer la réflexion autour de ce sujet galvanisé, je vais te raconter une petite anecdote :


À l’époque où j’étais élève infirmière, un tsunami a ravagé la Thaïlande. Nous avions à peine commencé la formation que déjà, certains montaient sur leurs grands chevaux, scandant leur dévotion à l’humanité, prêts à partir au bout du monde pour sauver les victimes de cette catastrophe.

Cet événement a déclenché moult passion et débat au sein de l’école, soulevé pétitions et collectes de fonds… tout autant que de nombreux jugements.


Sous prétexte que nous étions de futurs acteurs de santé publique, il fallait répondre à un consensus, se comporter et se conformer à un mouvement aux limites de l’absurde !


Oui : absurde, tu as bien lu et ça l’était vraiment !


En effet, à côté de tout ce cirque, se déroulait une toute autre catastrophe concernant l'un de nos camarades, et que tout le monde a feint d’ignorer : ne vois-tu pas là un non-sens total ?


Il est tellement facile de balancer de la poudre aux yeux avec de grands gestes et de grands mots, mais si l'intention dissimulée derrière n'a pour but que de se montrer sous son meilleur profil : que cela vaut-il ?


Être bienveillant, n'a rien à voir avec le fait de SE MONTRER bienveillant.


Tout simplement parce qu'ÊTRE est bien différent de PAR-ÊTRE. On en revient toujours à cela.

En effet, lorsqu'on EST, a-t-on nécessairement besoin de MONTRER, PROUVER, SCANDER ?


Et si l'égo ressent ce BESOIN, n'est-ce pas qu'il cherche un moyen de détourner le regard de sa vérité ?

Ainsi, la bienveillance n'aurait-elle pas plutôt à voir avec le fait d'être honnête envers soi ? De faire preuve de plus d'authenticité ?


La bienveillance est avant tout un regard que l'on porte sur soi.


Un regard à l'origine de bien de nos comportements.


Il n'y a pas de honte à accepter le fait que nous ayons - par moments - des idées négatives et que - parfois - nous cherchions à redorer un blason que l'on sait vieux et sale. Tout le monde le fait, sans exception !


Cela ne fait pas de soi une mauvaise personne, simplement un être humain comme tous les autres. Et ce n'est pas parce que ces idées nous traversent, qu'elles nous définissent : nous sommes bien plus complexes que cela !


Aussi, nous ne sommes jamais absolument BLANC ou NOIR, mais un joyeux mélange de ces deux non-couleurs. Ni plus, ni moins.


Il n'y a pas à prendre partie d'un clan ou d'un autre (le Bien versus le Mal), ça c'est une idée reçue antédiluvienne qui pousse à la division et qui entretient une certaine souffrance (puisqu'à l'image de la perfection, c'est une illusion).


En revanche, ne pas reconnaître ses failles, fermer les yeux dessus en s'imaginant pur et immaculé : ne crois-tu pas que ce soit ça, la vraie malveillance ?


Il ne s'agit pas seulement d'une affaire liée aux autres. C'est avant tout une relation saine avec soi que l'on reproduit ensuite avec eux.


Déculpabiliser, respecter ses idées, son ressenti, son espace, ses limites, c'est se montrer de la valeur... à soi, pas aux autres. Nous n'avons rien à leur prouver, à aucun moment. C'est une fausse idée.


À partir du moment où l'on trouve cette paix en soi-même, que l'on veille sur soi de cette façon, alors nous sommes sûrs d'agir de même envers les autres.


Le schéma part toujours de l'intérieur vers l'extérieur, qu'il s'agisse d'amour ou de bienveillance, c'est la même chose (voir l'Amour de soi).


Être bienveillant, c'est S'APPORTER tout ce que l'on souhaite recevoir.


Et si tu en fais l'expérience, tu te rendras très vite compte que ce que tu nourris pour toi, te seras rendu de la même façon, c'est promis ;-)


Rien ne sert de cacher son vide et ses manques derrière le dos de la bienveillance, ce dernier finit toujours par plier sous ce poids, un jour ou l'autre.


Alors allège-toi, envole-toi !






logo.png