Rechercher

La maison hantée


D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu une sensibilité accrue. Ça fait partie de moi, c'est très instinctif. Plus précisément, ce sont des énergies qui me parviennent et me transmettent une information, une émotion.


Et tout a vraiment commencé là : dans la maison de mon enfance.


À mon entrée en CP (vers 6/7 ans), nous avons emménagé dans une nouvelle maison. La première fois que je l'ai visitée, elle ne ressemblait en rien à la maison chaleureuse et accueillante que peut imaginer un enfant de cet âge.

Tout était glauque : elle était restée telle quelle après la mort du vieux monsieur qui vivait là, avec toutes ses affaires en plan. La vie a été suspendue et tout est resté figé : de la vaisselle sale dans l'évier, au dentier trônant sur la table à manger (miam).

Et en deçà de ce spectacle peu engageant, il y baignait une atmosphère bizarre, lourde, pesante avec une lumière glaciale, presque brumeuse. C'est en tout cas le souvenir que j'en ai.

Lorsque nous avons emménagé, la maison avait revêtu une apparence agréable. Pourtant, les murs avaient beaux être rafraîchis et la déco à notre image, je n'en demeurais pas moins angoissée pour autant.


Pendant 14 ans, j'ai vécu avec un sentiment malsain qui me dérangeait. Mes parents mettaient ça sur le compte d'avoir vu l'avant et effectivement ça n'a certainement pas aidé à radoucir ce sentiment.


Je me sentais épiée, avais du mal à rester seule et sursautais au moindre bruit. De jour comme de nuit. 


Pour monter à l'étage, je chantais pour me donner du courage et redescendais en courant comme une folle.


C'est sans parler des nuits où les lampes claquaient ou refusaient de s'allumer (toutes en même temps, sinon c'est pas drôle) toujours dans les moments angoissants où tu sues comme un chacal face à l'angoisse d'un.e cauchemar/bruit/présence. Ce genre d'incident n'arrivait jamais que dans ma chambre et mes parents l'expliquaient par un circuit électrique défectueux et pour le reste (les bruits/présences/apparitions) par mon imagination fertile.


Il est facile pour celui qui ne ressent pas, d'expliquer rationnellement les choses. Pour autant, il est très probable effectivement que l'on ait pu trouver une cause physique à ces phénomènes.

Toutefois, lorsque l'on ressent profondément ce genre de sensation, il y a tout de même une part qui s'ouvre — et ce, souvent malgré soi — à une autre possibilité : une possibilité inconnue. Et c'est précisément le fait de se sentir démuni face à ce mystère qui provoque le cocktail peur/anxiété/angoisse.


Durant cette période, je n'ai pas cherché à vaincre, ni à comprendre cette angoisse, me satisfaisant de croire à ces preuves tangibles et à mon imagination débordante.


Au bout de 14 ans, quitter cet endroit a été un profond soulagement. J'ignorais alors que ce n'était que le début...


Ressentir les énergies n'a rien à voir avec le paranormal. Bien au contraire : nous sommes énergies, le Monde, l'Univers, le Vivant sont énergies.

Simplement, certaines personnes sont plus réceptives que d'autres de par leur vécu ici ou antérieur. Cela a avoir avec leur cheminement personnel, ça peut être aussi un choix (celui d'être à l'écoute ou pas).


Aussi, je veux bien trouver toutes les raisons quelles soient logiques, rationnelles ou encore spirituelles, ésotériques, etc, mais cela n’atténue ni n’annihile le ressenti.

Ce que je veux dire par là, c'est que nommer un phénomène, ne gomme pas son effet. Ça peut rassurer (circuit électrique dysfonctionnel) tout comme créer des peurs infondées et inutiles (esprit bas astral).


Vouloir nommer l'inconnu revient à se rassurer mais est-on vraiment capables de définir ce qui nous est inconnu, ce qui nous est impalpable, ce qui nous est invisible ?

Le mystère peut engendrer des peurs parce qu'on a aucun contrôle sur ce qui nous échappe. Mais pourquoi vouloir tout maîtriser, tout contrôler ?


En se concentrant sur ce que ça PEUT être (le mental aime bien s'en mêler pour nous faire croire à un tas de trucs) on oublie de se poser la question du pourquoi est-ce que je reçois cette information/énergie ?


Et c'est pourtant là que ça devient vraiment intéressant.


Parce qu'au lieu de se tourner vers des causes extérieures cartésiennes ou cosmiques, s'interroger sur ce que l'on ressent ouvre un chemin vers Soi.

Et c'est précisément là qu'il est intéressant de creuser afin d'ouvrir le champ des possibles et de comprendre qui on est vraiment.

logo.png