꧁ La Lecture d'Âme ꧂


C’est quelque chose qui a très naturellement investit mon parcours, voici de quelle manière.


Des clés pour s’ouvrir à ses sphères intimes


Avant tout, il s’agit d’une démarche personnelle qui s’inscrit dans une recherche de cohérence : comprendre qui l'on est — être et devenir — marquer son empreinte dans la matière en incarnant son essence.


Trouver sa juste place m’apparaît comme le leitmotiv de mon parcours. C’est quelque chose que je ressens comme étant encodé, ça m’a toujours animée et ce, depuis l’enfance.


Longtemps — comme je l’ai évoqué au fil des articles — je me suis tapie dans la peur d'être. Je ne sais pas bien quand est née véritablement cette peur mais elle était là, paralysante.


Aussi, il existe une nuance entre celui que l'on s'applique à être (un autre, très influencé par le regard d'autrui et les pensées limitantes) et celui que l'on est vraiment.


Il est difficile de s'affranchir de ce regard sur soi distordu, j'en ai vraiment conscience pour l'avoir vécu et ressenti profondément.


On me demande souvent comment j'ai pu m'en sortir, qui j’ai rencontré, qui m’a aidée. Jusque là, je ne m'étais jamais vraiment posé la question et à chaque fois, restais sans réponse.


Dernièrement, ça m’est apparu comme une évidence : à cette question qui revient souvent, aujourd’hui je peux répondre que l’on peut se sortir des spirales et des griffes de la peur en se rencontrant soi-même. Et tout le monde est capable de le faire. Ça ne gomme pas les peurs pour autant, mais disons qu'on les gère bien mieux quand on comprend leur source.

Ça paraît peut-être étrange, mais c’est en tous cas la grande leçon que m’ont laissé ces dernières années.

Et notamment celle qui a introduit — de fait et de toute évidence — la lecture d'âme dans ma vie.


Alors, il ne s’agit pas de s'investir de la mission de prêcheur de bonne parole

Loin de moi cette idée, d’autant que la notion d’apprentissage m’apparaît comme le sel de l’existence ici-bas.


La sagesse n’est pas une destination, elle est un voyage.


Ce qui m’anime n’est pas de donner une solution (qui suis-je pour en donner ?), mais plutôt d’induire un nouveau regard à porter sur soi et de faire passer le message que chacun est son meilleur guide et son propre maître.


Il y a peut-être des paramètres qui restent incontrôlables, hors de portée, des chemins sans doute pré-tracés (qui peut le prouver ?) mais nous sommes dotés d’un libre-arbitre et d’une capacité à créer incroyable alors autant apprendre à s’en servir à bon escient !


J’ai découvert la lecture d'âme en même temps que j’ai commencé à la pratiquer. Ça paraît fou mais c’est bien ainsi que cela s’est présenté.


L’adage dit : « lorsque l’élève est prêt, le maître apparaît. »


Au départ, j’imaginais naïvement qu’un grand sage surgirait pour transmettre son savoir. Mais de toute évidence, c’est encore un leurre de nos représentations. En réalité, et à mon humble avis, cela signifie tout simplement que lorsqu'on est prêt, on se lance et c’est en expérimentant qu'on apprend.


Les bouquins, les théories, c’est bien, ça introduit des concepts mais la « Science » (au sens large) ne peut se limiter à l’apprentissage exclusivement théorique. L’expérience modèle le chemin et donne de la consistance à la pratique ainsi qu’au praticien.


Je crois très fort que si nous sommes des êtres capables d’une grande sensibilité (intuition, ressentis, etc) ce n’est pas pour rien.


À mes yeux, cela nous rappelle au Tout, au fait que nous soyons tous — humain, minéral, animal — connectés et que ce n’est très certainement pas fortuit. Que la façon dont nous ressentons le Monde, exprime quelque chose et a un sens précis.


Le mode d’emploi n’est pas fourni avec, c’est à nous de construire le nôtre.


Et c’est tout à fait ce qu’il se passe : je fabrique mon propre mode d’emploi !


Au fur et à mesure des échanges, j’adapte ma pratique et évolue en même temps qu’elle. Ce que j’aime particulièrement, c’est qu'il ne s'agit pas une relation à sens unique où on récupère ses clés et où on se barre. Aussi, dans cette forme de communication, l'énergie circule et se potentialise.


À ce titre, on dit souvent qu’il est nécessaire de choisir son praticien au feeling (quelle que soit sa discipline, ça s’applique bien au delà du domaine spirituel) et cette condition me paraît on ne peut plus nécessaire, voire capitale !


En effet, d’un point de vue énergétique, on va être attiré par quelqu’un « en phase » avec soi, qui vibre sur la même fréquence.

Ainsi, si l’on part de ce principe, l’échange qualitatif ne peut avoir lieu que si l’on est sur cette même longueur d'ondes.

En ce sens, la compréhension d’une énergie par le praticien a lieu parce qu’il connaît cette énergie qui a déjà circulé en lui. Vous comprenez mieux pourquoi je parle d’inter-connexions ?


Donc, pour résumer, vous êtes capable d’aider l’autre parce que son énergie résonne en vous. Toutefois, votre aide ne peut être bénéfique à l’autre que si vous-même avez compris et dépassé cette énergie.


Ne dit-on pas qu'aimer l'autre n'est possible que si l'on s'aime d'abord soi-même ?


Aider l'autre, ce n'est pas se sentir important, ni se positionner en sauveur : c'est avant tout une histoire d'amour.



>>> Découvrez la Lecture d'Âme



(Source illustrations : Pinterest)

logo.png