LA CRÉATION CONSCIENTE☥

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi malgré votre acharnement, votre projet n'aboutissait pas : fatalité ou mauvais chemin ?

Et si les obstacles et/ou retards rencontrés voulaient simplement porter votre attention sur une relation toxique à la création ?


Relier l’Être (et non pas la Volonté) au Faire


« Pourquoi t’es tendue en faisant ce que tu aimes ? C’est plutôt l’inverse qui devrait se passer, tu ne crois pas ?»


Combien de fois me l’a-t-il suggéré avant que je ne comprenne !🙄😬🙈


Le stress, la tension, le timing, la rigueur, l’organisation… en un mot : la pression ! Voilà ce que je m’infligeais.


Et il avait raison : c’est l’inverse qui est censé se passer !


Quand le résultat est une obsession


J’ignore pourquoi ce presque automatisme s’enclenche lorsqu’on lance un projet (qu’il soit personnel ou professionnel) : on focalise sur un résultat.


Comme si plus rien ne comptait autour, comme si tout à coup notre vie ne dépendait plus que de ça, tant qu’on l’aurait pas abouti…

Mais qu’est-ce qui est vraiment important : le résultat ou le chemin ?

(S’il me lit, il va lever les yeux au ciel 😂)


Et bien, c'est grâce à cette « graine » que j’ai interrogé cette relation toxique à la création.


Votre projet communique l'énergie dont vous le chargez


L’énergie est invisible mais tout le monde la perçoit avec sa propre sensibilité, même les plus sceptiques et réfractaires !


L’énergie circule, s’échange, se charge, se décharge, se noue, se dénoue… et tout ce que l’on crée porte la vibration dont on le charge !


En ce sens, la tension appelle la tension, tout comme l'amour appelle l'amour : vous saisissez où je veux en venir ?


En effet, il y a cette (fausse) idée que le succès d'un projet dépend de notre engagement envers ce dernier.

Toutefois, et au delà de cet investissement, il me semble aujourd'hui essentiel de prendre en considération l'énergie dont on charge sa démarche.

Et c'est là que le bât blesse : qui a dit que la persévérance était de l'acharnement ?


Persévérer, c'est prendre du recul lorsque ça "coince", réévaluer la situation et envisager ainsi une nouvelle option.

Les blocages surviennent bien souvent pour nous permettre cette prise de recul afin de réajuster le tir. Parce qu'il n'existe aucune façon de faire qui soit unique et absolue.


Tous ces modes d'emplois qui vous disent comment vous comporter, que dire et quoi faire, ne sont que des conventions qui vous éloignent de votre centre/coeur et conduisent finalement à des tensions qui polluent votre projet, et donc son succès.


S'acharner, c'est une manière de mettre des oeillères, de rester focalisé sur un seul scénario possible : celui que l'on s'est crée. Et comme la vie aime déconstruire nos convictions forcenées, elle prend un malin plaisir à jouer de sa pédagogie par les murs qu'elle dresse face à mental obstiné.

De cette manière, on s'essouffle et notre projet aussi.

Créer en conscience


C’est de cette manière que j'en suis venue à changer mon regard et ma façon d’aborder mes projets, en pratiquant la création consciente, c'est à dire en remettant l'énergie positive au centre !


Ainsi, je sais que si je suis en de bonnes conditions (et en cela, la sophrologie m'a bien aidée à repérer les signaux corporels), mon projet le sera aussi puisqu'il sera chargé de cette même énergie.


Et lorsque je ne me sens pas alignée sur cette fréquence, je remets simplement à plus tard.

Quelque part, cela relie la conscience énergétique (évoquée ici).


Cette manière d'aborder la création se libère des standards et des injonctions conventionnelles pour apporter de la souplesse et davantage de fluidité dans notre relation à la création.

C'est en se détachant de l'urgence qu'on relie l'instant présent au coeur : les merveilles naissent de cette intersection♡


Toutefois, je suis consciente que ce n'est pas franchement évident de se détacher d'une attente (vous reconnaissez l'expression cachée de ce fameux lâcher-prise que vous aimez tant 😁).


Mais si cela potentialise un projet : cela ne mérite-t-il pas qu'on réinvente sa relation à la création ?


Ainsi, lorsque l’on PENSE y mettre tout notre coeur, demandons-nous si c’est bien lui qui agit avec acharnement… car il y a fort à parier que non !😉