Rechercher

Franchir ses limites


Lorsque j'étais plus jeune (et jusqu'à très tard en fait, parce que ça a duré longtemps cette affaire), j'étais pétrifiée dans le piège de ma timidité. Je n'osais jamais franchir le seuil de mes limites, le cocon douillet dans lequel je me blottissais était bien trop confortable pour se risquer à autre chose.


Du coup, muette et discrète, je me faisais invisible, telle un fantôme. Ado, les profs ne remarquaient même pas ma présence : "Suzie ? Mais qui est-ce ?".


Cette transparence me seyait mais comment être et vivre quand on disparaît ?


Et puis, quand bien même par moments je me faisais violence, la moindre petite embûche me faisait détaler au fond du terrier.


Ça me rappelle cette fois où, au lycée, mon prof de lettres avait convoqué mes parents et servi une homélie sur mon expression orale inexistante, en insistant sur le fait que cela plomberait inévitablement mes résultats si je ne fournissais aucun effort.


Le jour suivant, je levais enfin la main en classe sous l'oeil ravi du prédicateur qui n'a pas vu l'erreur arriver en incitant mes camarades à applaudir pour m'encourager.

Ce qui, tu t'en doutes, a eu pour seul effet l'exact opposé (= terrier).


C'est une anecdote parmi tant d'autres (bien plus ridicules) mais c'est pour te dire que malgré un trait de caractère bien ancré, tout est possible, tout est réalisable !


Bon, en ce qui me concerne, il m'a fallu de looooongues années pour sortir de moi-même et gratter cette couche de timidité quasi maladive. Mais quand bien même, cela n'est pas aussi insurmontable qu'on le croit (et on peut aussi y parvenir bien plus rapidement) !


J'en reviens peut-être toujours à ça, mais en ce qui me concerne, la spiritualité m'a énormément aidée à devenir et être au Monde celle que je suis vraiment, à me détacher de l'hologramme dans lequel je me réfugiais par peur de mon propre reflet.


C'est aussi la raison pour laquelle aujourd'hui elle fait partie intégrante de ma vie et de ce que je suis et qu'elle a justement sa place au coeur de mon nouveau paysage professionnel.


Ce n'est pas elle qui a changé ma vie : attention à ne pas remettre de pouvoir dans les mains d'un autre que soi !

En revanche, c'est elle (entre autres) qui m'a aidée à ouvrir les yeux et à OSER.


Un jour, je suis tombée sur ce texte d'Albert Coccoz, que tu connais peut-être déjà ?

Ça a tellement résonné que c'est devenu un véritable moteur !


Prendre des risques, c'est s'exposer à une possibilité de perdre. Rire, c'est prendre le risque de paraître stupide. Pleurer, c'est prendre le risque de paraître sentimental. Aller vers l'autre, c'est prendre le risque d'un engagement. Montrer ses sentiments, c'est courir le risque de dévoiler au grand jour son moi profond. Exposer aux autres ses idées et ses rêves, c'est risquer leurs moqueries. Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour. Vivre, c'est risquer la mort. Espérer, c'est risquer la déception. Essayer, c'est risquer l'échec. Et pourtant nous devons prendre des risques Car le plus grand péril dans la vie est de ne prendre aucun risque. Celui qui ne risque rien ne fait rien, n'a rien et n'est rien. Vous pouvez peut-être échapper à la douleur et au chagrin en ne prenant aucun risque, Mais alors vous ne pourrez tout simplement ni apprendre, ni ressentir, ni changer, ni grandir, ni aimer, ni vivre. Seul est libre celui qui ose prendre des risques.

Alors, ça ne s'est pas fait en un jour mais, petit à petit, j'ai fait des pas en avant jusqu'à me rendre compte qu'à chaque fois que je rechigne à aller quelque part, c'est justement là où je dois me rendre !


Là où ça remue les tripes, parce qu'on se dit "mais non, mais parce que si... parce que là..." : on se trouve des excuses pour rester dans son cocon.

SAUF QUE si tu ne veux pas étouffer en grandissant dans un costume de plus en plus étriqué, il va falloir t'en tailler un plus grand, n'est-ce pas ?


Et bien, dis-toi que chaque petit pas que tu fais en ce sens, compte : quand tu vas là où tu as peur d'aller, que tu dépasses tes a priori, tes préjugés, tes idées reçues (parce qu'on est d'accord que c'est un jugement, une perception et non la réalité) et bien c'est exactement là où tu pourras te sentir vivant et fier parce que tu sais quoi ? On n'en meurt pas :D


En fait, on n'est pas obligé de faire systématiquement des grands sauts dans le vide en permanence ! Les petits pas sont importants, ne serait-ce que pour gagner en confiance : de petits pas en grandes victoires.


Alors voilà, la petite fille de 8 ans qui était terrifiée de demander une baguette à la boulangère et l'ado qui laissait toujours les autres parler à sa place, a aujourd'hui fait un pas de plus au delà de ses limites en acceptant de venir partager quelques mots autour du micro du podcast À l'écoute de sa voie. Comme quoi, à l'impossible nul n'est tenu, comme on dit ;-)


On y aborde la spiritualité dans tous ses états : de sa découverte au regard de l'entourage en passant par les rencontres marquantes qui ont jalonné ce parcours.


Ainsi, je t'invite à découvrir le beau travail de Christine qui ouvre, avec chacun de ses invités et beaucoup de bienveillance, le débat sur un sujet qui a tant à nous apporter en cette période quelque peu compliquée !


Je n'ai pas honte de dire que je suis fière d'enfin prendre la parole parce que j'ai compris à quel point les mots sont essentiels. Leurs vibrations peuvent être un véritable soin car c'est à partir d'eux que l'âme-agit.


XOXO,

Cosmic girl






Tunes / Apple Podcasts

https://podcasts.apple.com/fr/podcast/a-lecoute-de-sa-voie/id1502710656

Instagram

https://www.instagram.com/alecoutedesavoie.podcast/

Facebook

https://www.facebook.com/Alecoutedesavoie/


Site web

https://alecoutedesavoie.fr/episode-015-suzie-fratello/




Chaque mois, reçois les nouveautés... mais pas que !
(PROMIS, PAS DE SPAMS)
  • Instagram
  • Facebook

© La Sorcière Moderne 2019 -2021