L'ÉCRITURE AUTOMATIQUE

Aujourd’hui, je vous propose de faire un petit tour d’horizon de cette pratique peu ordinaire histoire de déblayer un peu les mystères et les préjugés que l’on tisse tout autour. C'est quelque chose qui s’est invité dans ma vie de façon très naturelle et instinctive et je vais vous confier de quelle façon.


Avant tout : de quoi s'agit-il ?

L’écriture automatique est un moyen qu’utilise l’invisible pour se communiquer.


L’entité passe alors par un médium dit « canal » ou « channel » en anglais (on rencontre les deux terminologies).


Ce type de médium a la particularité d’offrir à l’entité le moyen de passer par son corps pour s’exprimer.


Or, ce n'est pas le cas de tous les médiums, chacun ayant une sensibilité et des prédispositions qui lui sont propres (et aucune ne prévaut sur l'autre).


Ainsi, l’entité va partiellement introduire le corps du médium (la main dans ce cas précis) et écrire son message comme on le fait soi-même, très simplement.


On parle « d’automatique » car la main bouge "toute seule", on sent très bien l’emprise de l’entité, comme un engourdissement du membre. C’est une sensation très particulière : comme si l’entité se glissait dans un gant.


Aussi, la cadence et le style de l’écriture — autant par son fond que par sa forme — peuvent différer de ceux du médium (je vais y revenir).


(ça c'est mon écriture quand je ne m'applique pas, pour que tu puisses voir la différence)

Ce qui n’est pas le cas pour l’écriture intuitive/inspirée dont le style reste celui du médium qui ne ressent pas d’emprise, puisque le canal qui entre en ligne de compte dans ce cas est celui de la clairaudience.


Le médium entend donc le message au fur et à mesure qu’il écrit ou avec un tout petit laps de temps d’avance. Comme si le message était soufflé à son oreille.

À noter, par ailleurs, que le clairaudient n’entend pas forcément depuis son oreille : et oui c’est une image !


Cela se perçoit différemment en fonction des personnes, la médiumnité étant une expérience vraiment très personnelle !


Et il en est de même pour la canalisation (quel horrible mot, mdr) d'autres formes d'expression !


Comme je le disais au départ, c'est vraiment en fonction de la sensibilité de chacun.


En ce qui me concerne, j'ai toujours aimé écrire, depuis toute petite et sans l'expliquer par une raison particulière. Et bien pour d'autres, cela pourra passer par le dessin, l'aquarelle, la musique ou que sais-je !


Automatique ou intuitive, ces deux pratiques — et on pourrait même dire pour tout ce qui relève de l’invisible — requièrent une prise de recul indispensable.


Ainsi, l’ancrage et le discernement sont très importants.


En effet, là encore, le mental se complait à s’immiscer dans nos perceptions pour brouiller les pistes !


En fait, dès lors que nous entrons en communication avec l’invisible, nous mettons en résonance des énergies : la nôtre (récepteur) et celle de l’entité (émetteur).


Aussi, et pour que cela fonctionne, il est nécessaire de lâcher-prise : c’est à dire être dans une posture d’accueil, sans jugements, ni attentes.


Ensuite, on n' « appelle » pas l'entité : l’émetteur se manifeste de lui-même. Le médium n'est qu'un support, un canal entre les Mondes, ni plus ni moins.


Enfin, on reste libre d’accepter ou non la communication : comme lorsque le téléphone sonne 😉


On est obligés de rien et il n’y a aucune urgence. Certains demandent confirmation à leurs guides, c'est vraiment en fonction de son propre ressenti.


Par ailleurs, il est fondamental de rester connecté à son intuition. C’est à dire que si on le sent pas : on insiste pas, point !


La teneur du message en lui-même peut donner quelques indices quant à sa validité.


Tout ce qui est dans l’urgence, l’obligation, l’autorité mais aussi tout ce qui vous flatte : méfiez-vous-en ! Un message de lumière est toujours emprunt d’amour et ne porte aucun jugement.


Ainsi, le travail sur soi pour le maintien d’une vibration élevée et positive est fondamental afin de mener à bien cette expérience.


Je dis ça parce que lorsque l’on vibre énergiquement bas (et ça nous arrive à tous à un moment ou à un autre, hein), d’une part, on attire à soi cette même fréquence mais surtout parce que le vrai risque est de s’enfermer dans des croyances réductrices voire paranoïaques.


Vivre mal cette expérience, c'est à dire dans le doute et la peur, n'a AUCUN INTÉRÊT.

Quand on le sent pas à 100%, qu’on hésite mais qu’on fait quand même, mais aussi quand on cherche à le provoquer : c'est rarement porteur d'une idée géniale.


De plus, lorsque l’on est un récepteur, on absorbe les énergies de l’émetteur et si l’on omet une bonne protection énergétique et un bon ancrage, on peut facilement rester un certain temps imprégné d’énergies polluantes !

Et c’est pareil lors des guidances, d’ailleurs. Au tout début, j’oubliais de « déconnecter » et ne comprenais pas bien pourquoi les jours suivants je ressentais en moi des énergies qui n’avaient rien à voir avec mon état d’esprit. J’ai mis un temps à comprendre que sans « couper » ni me protéger correctement, j’absorbais l’inconfort de l’autre...oupsy !


Pour autant, faire la part des choses n’est pas inné et comme pour toute chose : cela demande du temps, du recul et de la pratique !


Alors attention : cet article n’a pas pour but d’inciter à pratiquer l’écriture automatique à foison (ou toute autre forme de spiritisme d'ailleurs) pour étancher sa curiosité ou encore succomber à la volonté d’un égo qui imagine cela comme un pouvoir l’élevant à un rang supérieur.


Ce n’est ni un jeu, ni un pouvo