Rechercher

Demande, et tu recevras.


Dans la course effrénée de ces derniers mois, j’ai laissé mes petits temps perso sur le bas-côté. Et ces derniers jours, après leurs clins d’oeil discrets, voilà qu'ils m'aboient, me reprochant presque de les avoir abandonnés.


Alors hier soir, je leur ai enfin consacré un moment de pleine conscience, leur promettant de ne plus m'y manquer. C’est important, je le dis tout le temps et ne l’applique pas assez quand le rythme m’emporte. Et pourtant, c’est précisément dans ces agitations que ces petits espaces deviennent plus que nécessaires, vitaux.


Outre l’écriture, mon espace à moi, c’est la méditation. Ce moment où j’ouvre la porte vers l’intérieur de ma maison, pour y ouvrir les volets, épousseter les meubles et laisser l’air frais s’immiscer.

C’est important les courants d’air pour respirer.


Et dans cet intime et cosmique instant, j’ai déposé ma petite requête à l’Univers : « Ého, je fais quoi maintenant ? ».

Il sait de quoi je parle. Quand il m’envoie des sous-entendus équivoques en sollicitant mon libre-arbitre pour me dépatouiller avec tout ça : la belle affaire !

La vérité, c'est que je me sens figée. Depuis que j’ai quitté mon boulot, figée. Depuis qu’on a déménagé, figée.


Les envies sont là, germent, mais quand il s’agit d’acter, quelque chose de suranné me retient.


La main droite signant un mouvement circulaire, j’ai entendu parmi un flot d’informations très disparates (comme quand on capte plusieurs radios à la fois) : « Quelque chose de grand arrive, l’énergie s’ajuste ». Et sans vraiment comprendre, ni chercher plus loin, j’ai remercié et ai vaqué à tout autre chose.


Hier soir, l’été dérobait ses pas par la fenêtre invitant la ronde lune à distiller ses rayons à travers les volets, je bordais ma lecture du moment sur le chevet, l’esprit et le corps trop dispersés à entamer le tout petit dernier chapitre.

Et au petit matin, encore embuée par le brouillard de la veille, j’esquisse ma paralysie devant l’infinie sagesse de ma moitié qui rassure mon impatience : les grands changements ont besoin de temps pour être assimilés. Rien d’anormal à ses yeux dans le fait de s’accorder une pause après avoir redéfini ses paradigmes. Il dit que l’inverse eut été justement inquiétant.


Les paradigmes. L’énergie qui s’ajuste. Je laisse infuser en allant me plonger dans le dernier chapitre de mon bouquin. Et là. Dissipation du brouillard.


Il s’agit du livre de Patricia Darré, Un souffle vers l’éternité, piqué dans la bibliothèque de ma mère avec une nette impression de déjà-vu. En effet, il ne m’aura fallu que quelques lignes pour me rendre compte qu’effectivement je l’ai déjà lu quatre ans plus tôt !


Pourtant, l’instinct m’a incitée à le redécouvrir, avec, d’ailleurs, davantage de recul cette fois. Rien de transcendant toutefois, du moins jusqu’à la première page du dernier chapitre.


« Le temps, la médiumnité et 2012. »


J’y plonge davantage pour me dire « je termine ce que j’ai commencé » qu’en étant à la recherche d’un quelconque message. À vrai dire, je ne m’y attendais pas du tout !

Et là.


L’auteur aborde le fait que de grands changements se concrétisent depuis l’année 2012 où de plus en plus de consciences s’éveillent à une nouvelle façon de vivre et d’être.





Elle parle de son expérience personnelle en évoquant les symptômes de sa transformation :


«Tous ces symptômes créent une gêne dans nos vies, mais il ne faut pas s’en inquiéter car ils ne vont pas durer. Ces perturbations sont le signe positif du changement à venir. Il n’est pas évident pour tout le monde de s’adapter à cette nouvelle énergie {…}. »

Et elle en vient à parler de l’écoute de soi, d’aller vers plus d’authenticité, de se défaire des diktats sociétaux afin de se reconnecter à son essence et elle termine son ouvrage sur cette phrase :

« Il est temps de se reconnecter à son âme. »

La claque. En un chapitre, l’Univers a su répondre à ma requête en confirmant d’une part cette histoire d’énergie qui s’ajuste.

Normal, me diras-tu quand on a reformaté son disque dur, il faut prendre le temps d’installer la mise à jour et de se familiariser avec les nouvelles fonctionnalités !


Et d’autre part, quand j’ai demandé « et maintenant, qu’est-ce que je fais ? ». Rapport à ma vie pro, je t’avoue que je pataugeais un peu dans l’océan de la perdition (c’est l’effet page blanche, ça fout un peu les chocottes ).

Et là, Patricia Darré qui balance sa révérence sur l’essence-même de ce qu’est cette sorcière moderne, née en plein milieu d’une nuit d’octobre dernier.


Aujourd’hui — pleine lune qui plus est — le brouillard s’est dissipé.


J’ai compris pourquoi je me sentais figée.

Il y a le changement, les énergies, d'accord, mais il y a surtout l’équilibre. Ces derniers mois, je me suis laissée happée par les sirènes d’Instagram (un peu trop) en délaissant cet espace qui me tenais tant à coeur.

Alors, aujourd’hui, je réajuste mes dosages. Les Articles deviennent un Journal où je pourrai librement courir sur un terrain d’expression plus vaste.


Après des semaines d’immobilisation, j’ai un besoin furieux de me dégourdir les pattes ;-)



(Source illustrations : Pinterest)

logo.png