COMMENT S'ANCRER EFFICACEMENT ?

Si ces dernières années m'ont enseigné que la visualisation et la pensée positive sont de précieux outils en termes de développement personnel et spirituel, en revanche, et plus précisément en ce qui concerne l'ancrage, ceux-ci sont loin d'être suffisants. Petit retour d'expérience.


Marcher dans le sable (se sentir coupable)

À l'ouest, je l'ai été à l'excès et le suis encore souvent. Une "âme artiste" comme on aime qualifier poliment les esprits vagabonds flirtant bien plus avec l'ailleurs qu'avec l'instant présent. Vous imaginez ainsi que la question de l'ancrage s'est imposée rapidement avec cette nécessité d'éviter de s'envoler complètement. Que les esprits excessivement pragmatiques se rassurent : ils sont tout aussi bien concernés ! En effet, le juste équilibre ne repose-t-il pas dans cet adage : "La tête dans les nuages et les pieds sur Terre" ?


Ainsi, bête à cornes fidèle à elle-même, j'ai foncé tête baissée dans l'expérimentation, négligeant les définitions.


Pour ce faire, j'avais lu un peu partout, que pour s'ancrer, il fallait marcher pieds nus et en conscience, le plus souvent possible. Si cette astuce était autant relayée, je me suis dit que cela devait fonctionner. Et bien vous savez quoi ?


Dans les faits, cela n'a absolument rien changé à ma situation... et qui plus est, a su éveiller une certaine culpabilité : "pourquoi ça ne fonctionne pas sur moi ?"


Devenir l'arbre


Déterminée à travailler cet ancrage, je ne me suis donc pas limitée à l'échec cuisant des pieds nus. En effet, il existe cette autre astuce qui consiste à pratiquer la visualisation de l'arbre : on devient l'arbre, nos racines s'enfoncent dans la Terre jusqu'à son noyau, blablabla.

La visualisation est un outil puissant (ce n'est pas la sophrologue qui va vous dire le contraire) ! Le cerveau ne faisant pas de distinctions entre le réel et l'imaginaire, on peut de cette manière travailler très efficacement sur ses limites, ses valeurs, ses émotions...

En revanche, concernant l'ancrage, on peut se visualiser aussi puissant, fort et implanté dans le sol qu'on le souhaite, mais si on continue à courir après le temps et les résultats, je me suis rendue compte à mes dépends, que cette posture nourrit une belle illusion !


S'accorder au rythme de la Nature


Si ces expérimentations n'ont rien changé à mes voyages spiritiques inopinés, elles m'ont toutefois révélé une chose essentielle : ces outils n'ont pas pour but de nous ancrer (ce n'est pas leur job, c'est le nôtre) mais de nous faire prendre conscience de la nécessité, pour nous citadins du monde moderne, de se reconnecter à la Nature.


Dans un environnement majoritairement bétonné, les mains et l'esprit liés continuellement à nos smartphones, abrutis par un flot incessant d'informations, et pris dans une course au rythme effréné d'un quotidien pétri d'injonctions sociales - comment dire - il n'est pas aisé pour tout le monde de prendre le temps de regarder, de contempler la beauté de la vie, de ralentir son rythme et de le calquer à celui de la Nature qui a tant à nous apprendre sur... nos racines (et tant d'autres choses) !


Ainsi, en pratiquant ces petits exercices, vous ne serez pas ancré par enchantement mais aurez enclenché le processus par ses fondements : se reconnecter au mouvement de la vie.

C'est important parce que dans le quotidien de notre société occidentale, on a pris la mauvaise habitude de considérer que tout doit aller vite alors que si l'on prend le temps