꧁ Accueillir le chaos ꧂


« Accueillir le chaos », j’entends cette phrase depuis le discours de Monsieur Macron hier soir. Elle résonne dans tout mon être comme pour apaiser ma révolte. Ce sentiment qui se réveille à chaque allocution présidentielle, à chaque restriction actée, à chaque aberration de plus en plus aberrante.


À chaque fois, je me dis « Calme-toi, Suzie » et tente de me concentrer sur tous ces petits bonheurs quotidiens qui entretiennent ma petite flamme intérieure. Je me dis qu’à mon niveau, c’est tout ce que je peux faire… enrayer l’ombre à coup d’étincelles, c’est ça l’idée. Même si c’est si peu, mieux j’ai pas trouvé.


Si j’écoute cette révolte, elle me parle de cette valeur qui vibre en moi et qui dorait jadis la devise de mon pays, celui des Droits de l’Homme.


Aujourd’hui, que valent les leçons de l’Histoire de l’Humanité ? Que valent ces mots mielleux qui adoucissent d’amères actions ?


« Tu exagères » me répond-on quand j’exprime le fond de ma pensée sur l’actualité. C’est viscéral, je suis incapable de trouver tout cela normal.


Chacun le vit à sa façon, avec son histoire, ses croyances, ses convictions. C’est vrai, après tout, peut-on vraiment se targuer de détenir une quelconque vérité, si ce n’est la nôtre, qui répond à notre perception propre ?


« Accueillir le chaos »

Comme celui que j’ai traversé il y a quelques années. Celui qui m’a fait comprendre qui j’étais… en partie.

Car c’est comme si aujourd’hui, autre chose était en train de se libérer.


« Accueillir le chaos »

comme une nécessité pour comprendre les leçons, les intégrer et qu’elles deviennent le terreau de meilleurs lendemains.


Je ne crois pas au monde parfait, il est à mes yeux une utopie où l’on aurait peu de chances de se transcender, d’évoluer. Mais je crois malgré tout à un monde meilleur.


Je ne sais pas comment l’on va traverser tout cela. Sûrement de la même façon que nous avons traversé la vie, nos vies, jusqu’ici.


En tirant parti de l’expérience qui nous est offerte d’ouvrir notre coeur à notre bon sens, notre esprit critique et à nos valeurs.


Nietzsche disait :

« Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse ».

Ainsi, accueillir le chaos ne signifie pas s’y soumettre, mais accepter qu’il vienne réveiller notre inconfort pour nous pousser à mettre au monde nos étoiles.



(crédits illustrations : The Moonchild Tarot de Danielle Noel, Pinterest)


#Guidance #Spiritualité #Eveilspirituel #LibérationEmotionnelle #MédiumCanal #MagieIntérieure #PouvoirDesMots #DéveloppementPersonnel #SorcièreModerne


logo.png